Ecole française du XVIIIe siècle

Lot
259
Descriptiondu lot

Ecole française du XVIIIe siècle, suiveur de Valentin de Boulogne.
 "La diseuse de bonne aventure". Toile. 96 x 131 cm. Restaurations anciennes. Dans un cadre à palmettes d'époque Empire.
Notre tableau est la reprise de la composition de Valentin de Boulogne, la Diseuse de bonne aventure (toile, 125 x 175 cm, Paris, Musée du Louvre, inv. 8254). Sujet profane, le thème de ce tableau a été mis à l'honneur par le Caravage au début du XVIIème siècle.  Le sujet est étoffé par rapport au modèle puisque le peintre situe la scène dans une taverne, la gitane lisant dans la main d'un client entouré d'une assemblée de personnages. 
Traité à la manière caravagesque caractérisée par un puissant clair-obscur les violents contrastes font ressortir les regards et le jeu des mains : le regard de la musicienne qui veut charmer pour détourner l'attention de l'homme, la main tendue de l'homme qui veut connaître son avenir et la main qui surgit de l'obscurité pour détrousser la gitane. 
Le visage de la gitane restant dans l'ombre comme pour mieux cacher ses intentions. Le voleur véritable n'étant lui même qu'une ombre. 
Peinture moralisatrice puisée dans la vie quotidienne, le Caravage dénonçait la voyance pratiquée dans le but de flouer leur consultant. 
Mais à la différence du modèle, ici c'est la gitane qui est sur le point de se faire dérober son butin qui prend la forme d'un coq. Ce faisant Valentin de Boulogne interprète cette scène de la même manière que Simon Vouet quelques années plus tôt. 
Au delà de la cupidité et de la naïveté abusée, Il s'agit donc bien du voleur volé. 
Le message de l'auteur est ainsi lisible qu'après une analyse minutieuse de la scène qui nous invite à prendre le temps de contempler pour comprendre. 
À l'aube du XVIIe siècle, Caravage lance à Rome une mode autour de la chiromancie qui perdurera partout en Europe jusqu'au XIXe siècle - allant de portraits à des scènes de groupes, truculentes et pittoresques, des Caravagesques aux bohèmes galantes de Watteau et de Boucher en passant par Georges de La Tour.
 

Prix adjugé

14400