Descriptiondu lot

Exceptionnel coffret bombé aux armes du Prince de Condé.
Ame de sapin gainée de cuir rouge à riche décor au petit fer et rehaussé de clous en bordure. Il présente en façade deux réserves encadrées de frises de triangles, agrémentées au centre de consoles avec fleurons, branches et volutes feuillagées et écailles en écoinçons. Les côtés à consoles et enroulements encadrent un pot agrémenté de branches sur un fond semé d'étoiles et motif d'écailles aux coins. Poignées latérales tombantes en fer à attaches en quartefeuilles. L'arrière présente dans une réserve rectangulaires composée de cinq frises de triangles, fleurettes et filets, une succession de quartefeuilles rehaussées de fleurons feuillagés et étoiles. Les angles à motifs lancéolés feuillagés.
Le couvercle bombé, à bords chantournés, souligné d'une frise de motifs floraux agrémentés de fleurs de lys stylisées. Il présente au centre du couvercle dans un riche encadrement des réserves à décors de lambrequins feuillagés et fleurons en écoinçons, les armes de la famille Condé encadrées de quartefeuilles sur fond étoilé. Intérieur en papier dominoté polychrome à décor d'une frise avec ruban et feuillages alternées de point et d'une frise de feuilles et graines.
Epoque Louis XIV, fin du XVIIe siècle.
Haut. : 29 cm - larg. : 58,5 - Prof. : 29 cm.
Déchirures, fentes, trous et usures, dorure très bien conservée.

" Louis II de Bourbon Condé et son fils Henri-Jules "
attribué à Claude Lefebvre (XVIIe siècle)
Château de Versailles et Trianon
La maison des Princes de Condé est représentée sous le règne de Louis XIV, durant la seconde moitié du XVIIe siècle, Louis II de Bourbon Condé, dit le Grand Condé (1621- 1686) puis par son fils ainé Henri-Jules Bourbon-Condé (1643 -1709), dit le Condé le Fol, dépeint par Saint Simon sous des traits peu flatteurs, il fût cependant comme son père un esthète et un protecteur des arts.
Le domaine de Chantilly, principale propriété des Condé fût le terrain de création de nombreux artistes et écrivains. En 1664 le Prince occupe définitivement le domaine dessinant les parcs et ouvrant les perspectives visuelles et culturelles. La Fontaine, La Bruyère, Bossuet, Madame de La Fayette, Madame de Sévigné, Mlle de Scudéry, Jules-Hardouin Mansart, Pierre Mignard, Charles Le Brun foulèrent les allées dessinées par André Le Nôtre. Grands mécènes et amateurs d'art et de littérature, il fut également grand protecteur des artistes.
Notre coffre remarquablement bien conservé, frappé sur son couvercle des armoiries des princes de Condé flanquées de deux amours soutenant la couronne des princes de sang, est désirable par son décor typique de l'époque du règne de Louis XIV avec ses motifs symétriques et puissants mais également par son décor intérieur fait de planches de papier dominoté, rare témoignage du raffinement déployé pour ce type de coffre. La qualité et la richesse d'ornementation de ce coffre rappelle également l'intérêt des membres de la Maison de Condé pour la mode et les arts, s'entourant des meilleurs artisans de leur temps.
Le coffre à couvercle bombé fut prisé pendant les voyages pour ranger les objets d'utilisation courante. Sa forme intéressante pour sa résistance à l'eau lors des transports, il était souvent décoré d'une garniture en cuir fixée par de nombreux clous, à tête bombée pour notre exemplaire, qui participent à l'ornementation au même titre que la dorure aux fers, alors que le cuir fait barrière à l'humidité. Les poignées latérales facilitaient quant à elles, le chargement. Malmenés lors des transports, abimés et souvent remplacés, notre coffre représente un des rares exemples de cette qualité et de cette provenance conservés à ce jour. Plus fréquemment garni de velours et de soie, le décor intérieur d'origine de notre coffre constitue également un des rares témoignages de la grande production de papiers dominotés ou dominos, mentionnés dès le milieu du XVIe siècle. Fabriqués à l'aide de bois gravés, imprimés à la feuille d'une dimension de 35 par 45 centimètres. Les dominotiers utilisaient des motifs simples, floraux ou géométriques, jouant de leur répétition puis colorés au pinceau ou au pochoir. Ces papiers qui reliaient les livres brochés, garnissaient fréquemment l'intérieur des coffres, des armoires, des tiroirs, des cartons à chapeaux et des cheminées ou des alcôves.
Le très bel état de conservation de notre coffre renforce son intérêt. Il est à rapprocher notamment du coffre de voyage aux armes de Marie-Antoinette, conservé au musée de la voiture à Compiègne ou de la malle de carrosse de la Marquise de Pompadour présentée lors d'une vente aux enchères en Avril 2016 à l'Hôtel de la Marine à Paris.
 

Prix adjugé

40000